« Les cylindres au bout des soies multicolores s’égaillèrent sur une vaste étendue » René Char (Les Feuillets d’Hypnos, Editions Gallimard, Paris, 1967)

Ce livret de 12 pages sous l’égide de l’ONACVG, de la Direction de la Mémoire/du Patrimoine et des Archives, et du Conseil Général de Vaucluse permet au lecteur de découvrir la naissance et les structures de la S.A.P (Section Atterrissage Parachutage) dans le département du Vaucluse.

Dès le mois de novembre 1943, la Résistance d’Apt dont Jean Fernand et ses hommes permettent l’homologation par la Royal Air Force de 29 terrains opérationnels. Chaque terrain est alors identifié par un nom de code, un ou plusieurs messages codés diffusés à la BBC et un signal spécifique en morse utilisé lors des largages des containers.

Exemple du terrain portant le nom de "la Seigneurie" près de Sault :

les messages codés diffusés à la BBC : "On m’attendait à l’église", "Le pyjama est de rigueur"

le signal en morse : G _ _

Les missions de parachutage s’effectuaient la nuit, dans les 24 h suivant la diffusion radiophonique du message codé accompagné du nom de code du terrain. Les missions étaient assurées par des bombardiers Halifax dont les soutes pouvaient contenir jusqu’à 15 containers.

Lors du premier passage de l’avion, les maquisards au sol se signalaient par radio ou par signaux lumineux au pilote qui larguait les containers lors du second survol. « Ces cylindres au bout des soies multicolores » selon René Char contenaient la plupart du temps des armes et des munitions. Ils pouvaient contenir également des vivres, des médicaments, des émetteurs radio, des vêtements et parfois de fortes sommes d’argent. Le matériel des parachutages était rapidement évacué de la zone, caché dans des dépôts d’armes puis distribué aux maquis du Vaucluse. Le chef d’opération au sol rédigeait un rapport détaillé pour chaque opération, et vous retrouverez dans le livret deux rapports originaux manuscrits concernant le terrain "Abreuvoir" près de Gordes et celui du terrain "Abris" du hameau des Savouillons.

Le terrain "Spitfire" tout proche du hameau des Savouillons permettra 7 atterrissages des fameux Lysanders ("les Lizzies") et de Dakotas en provenance d’Italie et de Corse. Dans la nuit du 10 août 1944, 22 aviateurs alliés exfiltrés par la Résistance seront ainsi récupérés pour continuer le combat.

La S.A.P de Vaucluse a réceptionné près de 115 parachutages (de janvier 1944 au 18 août 1944) ce qui correpond à plus de 220 tonnes de matériel pour la Résistance.

  • La couverture du livret:

La S.A.P de Vaucluse