Notre Association des CVR de Vaucluse était présente à Cabrières d’Avignon ce samedi 2 août 2014 à 9h30 pour la commémoration des 70 ans de la mort d’Yvon Darriès. Cette cérémonie souvenir fut marquée par un moment particulièrement symbolique lorsque Messieurs Max Lombard (alias Maxou), Hubert Vicari (alias Longuet) et Madame Mireille Garcin (alias José), anciens compagnons d’armes du Groupe Franc Kléber de Lagnes et membres des CVR de Vaucluse, déposèrent les gerbes en hommage à leur ami Yvon Darriès torturé et assassiné à l’âge de 23 ans par les nazis de la compagnie Brandebourg.

  • L'historique:

Depuis mars 1944, Yvon Darriès avait été nommé chef d’équipe du Groupe Franc Kléber basé à la ferme du Chat à Lagnes. Cette unité commandée par Jean Garcin (alias le colonel Bayard) était une unité très active, extrêmement mobile et spécialisée dans les missions délicates comme les sabotages et l’extraction de Résistants emprisonnés. Le Groupe Franc Kléber assurait ce que l’on appelle "les coups de main", ils étaient le véritable fer de lance de la Résistance dans le Vaucluse et intervenaient dans les départements limitrophes.

Yvon Darriès est arrêté sur dénonciation le 19 juillet 1944 à Cavaillon. Il est emprisonné à l’hôtel Splendid où il va subir la barbarie de la compagnie Brandebourg.

-Dans la soirée du 1er août 1944 vers 21h30, un habitant de Cavaillon et propriétaire d’une maison à Cabrières d’Avignon reçoit la visite d’un INCONNU qui lui déclare "Je viens vous prévenir en ami que cette nuit la milice doit faire sauter et brûler votre maison, faites le nécessaire pour que cela n’arrive pas".

-Cabrières d’Avignon, le 2 août 1944 à 3h du matin : le Maire du village est tiré du lit par un INCONNU qui l’informe "qu’il allait faire sauter une maison du village, … car il fallait donner un exemple à la commune". Cet INCONNU rajoute qu’un parachute avait était retrouvé sur place.

-Cabrières d’Avignon, le 2 août 1944 à 3h15 du matin : une forte explosion se produit dans le centre du village, une maison de deux étages est en flamme.

Les secours s’organisent et une demi-heure plus tard le sinistre est circonscrit. Un cadavre, face contre terre, est rapidement retrouvé dans le terrain vague situé à l’arrière du batiment. 

Là, gît le corps affreusement mutilé d’Yvon Darriès : ses mains sont menottées dans le dos, plusieurs parties de son corps portent des traces de brûlures qui commencent à cicatriser et les multiples plaies sont purulentes.

Yvon Darriès a subi la torture à Cavaillon pendant 15 jours, il est mort en martyr à Cabrières le 2 août 1944 vers 3h15, achevé de deux rafales de mitraillette dans le dos.

Ce matin là, juste après l’incendie 3 véhicules ont été aperçus sur les lieux ainsi que des troupes allemandes: le nom de l’INCONNU ne sera jamais identifié…

  • Les photos de la cérémonie:

 Le monument et les gerbes  La plaque

 Yvon Darriès