Madame Yvonne de Komornicka (1953)

Madame Yvonne de KOMORNICKA (née ROESCHLIN) vient au monde le 13 juillet 1898 à Saulxures-sur-Moselotte (Vosges). Après la première guerre mondiale, elle rencontre à Paris un comte polonais, ingénieur qui revenait des USA où il s'était engagé comme moniteur-pilote d'avion en 1917. Ce dernier meurt à Alger en 1930 laissant Yvonne de KOMORNICKA seule avec ses trois petites filles, Christiane, Wanda et Hélène.

Courageusement, Yvonne de KOMORNICKA revient en Lorraine et travaille pour élever ses enfants à Nancy et c'est là que la deuxième guerre mondiale éclate.

Aussitôt après la déclaration de guerre de septembre 1939, elle s'engage dans le mouvement "Les Françaises au service de la Nation" organisé par la Maréchale LYAUTEY. Elle prend la direction d'un Foyer de l'Union Franco-Américaine (U.F.A), avec le grade honoraire de Lieutenant, elle porte l'uniforme et dépend de l'armée.

Au moment de l'invasion du territoire, Yvonne de KOMORNICKA est réfugiée dans une ferme au Thillot où elle assiste aux derniers combats de juin 1940. Elle reprend sans tarder son activité en faveur des blessés et des malades des hôpitaux à Nancy.

La mission la plus importante d' Yvonne de KOMORNICKA consistait à organiser le réseau d'évasion NANCY, POLIGNY, ARBOIS pour les prisonniers de guerre qui avaient été rassemblés à Nancy. Ainsi, plusieurs centaines de militaires français purent franchir la frontière et rentrer dans leur foyer. Les 3 filles d' Yvonne de KOMORNICKA participèrent activement et reçurent le diplôme de passeur.

Dénoncée en juin 1940, Yvonne de KOMORNICKA doit quitter immédiatement les lieux pour éviter son arrestation. Rapidement, la petite famille équipée d'un très mince bagage passe clandestinement la frontière et se dirige vers le sud de la France: direction Avignon!

Dès la fin du mois de juin 1941, Yvonne de KOMORNICKA obtient à la mairie d'Avignon, un emploi d'Agent d'Enquêtes Administratives pour elle et sa fille aînée. Cette activité la mène tout naturellement auprès des nombreux réfugiés arrivant dans le département et c'est là qu'elle rencontre l'Abbé KREBS alias "Victor", Chef départemental du mouvement "COMBAT VAUCLUSE". Elle est mise également en contact avec les personnalités de la Résistance de la région comme BERTIN-CHAVANCE, Jacques RENOUVIN, AVRICOURT...

Très vite, l'Abbé KREBS lui confie différentes charges et missions ainsi qu'à ses 3 filles: Christiane (née le 17 mars 1924) devient secrétaire et agent de liaison de l'Armée Secrète de Vaucluse, Wanda (née le 23 juillet 1925) crée en 1942 le service social des groupes de la Résistance de Vaucluse et est en charge des liaisons pour le compte de la S.A.P (Section Atterrissages Parachutages) et avec le Maquis Ventoux, et enfin Hélène (née le 8 novembre 1927) bien qu'âgée de 14 ans seulement en 1941, joue un rôle important dans la diffusion des journaux et des tracts aux différents groupes de Résistance.

Christiane et Wanda de KOMORNICKA

Quand l'archevêque d'Avignon, Monseigneur LIOBET qui était Pétainiste, a su que l'abbé Krebs était de la Résistance, il lui donna 2 heures pour quitter le département. Ce dernier confie alors à Yvonne de KOMORNICKA alias "Kléber" le soin de poursuivre son travail dans tout le département de Vaucluse et la lourde charge de lui succéder.

Contactée début 1942 par Marc MATHEY alias "Mariani" (Réseau Archiduc) pour créer des équipes d'atterrissages et parachutages, Yvonne de KOMORNICKA donne l'ordre à Lucien GAUFFRE alias "Gallet" de lui envoyer 2 aviateurs sélectionnés, les lieutenants LENOIR et DELBORT (alias "Dauphin") afin de prospecter et délimiter les terrains de parachutage de la région.

Yvonne de KOMORNICKA est également en relation avec MORLOT, Chef des Groupes-Francs (GF), pour la création de GF en Vaucluse. Elle en confiera la totale responsabilité à Jean GARCIN qu'elle surnommera "Bayard". C'est ainsi que naitra l'illustre Groupe-Franc Kléber particulièrement actif autour du village de Lagnes (avec le Maquis du Chat) qui s'illustrera par ses nombreuses actions commandos dans le Vaucluse et les départements limitrophes.

Par la suite, elle rencontre Jean MOULIN alias "Max" à la carrosserie Allignol, ce dernier demandait alors la réunion de tous les mouvements de Résistance en vue de la création du M.U.R.

Dénoncée une fois de plus, puis arrêtée le 20 octobre 1943 par la gestapo, Yvonne de KOMORNICKA est déportée au camp tristement célèbre de Ravensbrück (bloc 32). Dans ce "lieu maudit!" (voir son témoignage écrit ci-dessous), elle sera torturée, empoisonnée lors d'expériences pseudo-scientifiques réalisées par le médecin du camp et condamnée à mort "NN" (NN: "Nacht und Nebel" c'est à dire "nuit et brouillard"; ces 2 lettres marquaient les déportés condamnés à disparaitre dans la nuit et le brouillard).

Portrait d'Yvonne de KOMORNICKA à Ravensbrück (1944)

Témoignage d'Yvonne de KOMORNICKA (1997)

Ses 3 filles, restées à Avignon, poursuivent la Résistance en tant qu'agents de liaison. Christiane de KOMORNICKA continue à assurer le secrétariat du Chef départemental de l'Armée Secrète (M. GAUFFRE) puis en avril 1944 celle du Chef régional du mouvement "Libération" (Max JUVENAL). Wanda de KOMORNICKA prend la direction du service social des groupes de la Résistance Vauclusienne, se dépensant sans compter dans les différentes régions du département qu'elle parcourt inlassablement à bicyclette.

En septembre 1944, ces filles apprennent qu'elle est toujours vivante au camp de Ravensbrück. Christiane et Wanda s'engagent et sont affectées en Allemagne dans les équipes chargées de l'aide au retour des Déportés. En avril 1945, l'une part en zone britannique et l'autre en zone canadienne. Là, elles apprennent que leur mère a été libérée et se trouve en transit en Suède.

Le 14 juillet 1945, la famille se retrouve enfin à l'hôtel Lutetia à Paris.

Après toute une vie au service de la France et de son prochain, Madame Yvonne de KOMORNICKA s'est éteinte le 31 octobre 1994 à Avignon à l'âge de 96 ans.

La courageuse et noble attitude de Madame Yvonne de KOMORNICKA lui valut très légitiment d'obtenir sa nomination au grade de capitaine des F.F.C avec citation à l'ordre de l'armée. Par décision du général JUIN, datée du 4 septembre 1946, elle devait faire l'objet, comme élite de la Résistance, d'une très élogieuse citation à l'ordre de la division, comportant l'attribution de la croix de guerre avec étoile d'argent. La croix de la Légion d'honneur lui fut décernée en 1947 et elle obtint la rosette de la Résistance peu de temps après.

Décorations de Madame Yvonne de KOMORNICKA

Décorations de Madame Yvonne de KOMORNICKA