Ernest HOFFNUNG, Groupe franc "MOSQUITO"

Monsieur Ernest HOFFNUNG est né le 28 juin 1922 à Lunéville en Lorraine († 2006).

            Au moment de la débacle en 1940, l'usine de conserverie dans laquelle il travaillait comme mécanicien d'entretien à Lunéville se replie dans le midi de la France à Carpentras.

Agé alors de 18 ans, il arrive seul dans le comtat Venaissin alors que sa famille se réfugie dans le Puy de Dôme. Après avoir terminé les chantiers de jeunesse en février 1943, Ernest HOFFNUNG est appelé au STO.

A ce moment là, Il est déjà en contact avec la Résistance par l'intermédiaire d'un pharmacien de Carpentras (BRUYERE) et faisait parti d'une petite cellule locale chargée du renseignement.

 Recherché par la gestapo, Ernest HOFFNUNG décide de quitter son domicile pour rejoindre le Maquis Ventoux où il est incorporé dans un groupe franc sous les ordres du Lieutenant Charles André COLLIGNON alias "MOSQUITO".

Le groupe MOSQUITO intervenait au début dans des coups de main dans les mairies, les tabacs et la prise de matériel ennemi (avec l'aide de Mr SAUREL de Vacqueyras) comme l'emprunt d'un camion citerne sur la base aérienne d'Orange occupée par la luftwaffe.

A partir du début août 1944,  le groupe d'Ernest HOFFNUNG s'installe pour quelques jours à la Loge près du village de Sault puis reçoit l'ordre de prendre position sur les côtés de la route de Javon. Le 4 août 1944, le ravitaillement n'arrivant toujours pas, des éléments de l'avant garde allemande arrivent près du château de Javon. Le feu nourrit des armes automatiques s'abat immédiatement sur la patrouille allemande en vélo qui riposte à son tour, puis plus rien... C'est là qu'avec son ami LEGALL alias LEGRIS qu'Ernest HOFFNUNG descendent sur la route et s'avancent pour récupérer les sacoches de matériel sur les vélos abandonnés près du parapet. Au moment de se replier, les deux hommes traversent la route et sont pris sous le feu des allemands repliés un peu plus loin. Les maquisards du groupe MOSQUITO décident alors de se séparer pour prendre en tenaille la patrouille. Ernest HOFFNUNG et LEGALL vont se rapprocher en traversant les bois surplombant la route de Javon.

D'après le témoignage d'Ernest HOFFNUNG: "On marche dans les bois, on entend bouger, on ne les voyaient pas, la première chose que l'on fait, on lâche une rafale! lui il lâche une rafale de mitraillette et moi j'en lâche une aussi. Alors qui les a tués? on n'en sait rien, c'est peut être moi, c'est peut être lui, je ne pourrai pas le dire, et qui a blessé l'autre allemand aussi?. Finalement, on les voit sortir les bras en l'air, ils étaient 4, on les a ramené sur la route et on les a alors ramenés sur Sault."

Walther (coll. Musée J. GARCIN)

C'est à ce moment là qu'Ernest HOFFNUNG a récupéré l'arme du sous-officier allemand, un pistolet Walther (voir photo ci-contre) qu'il a par la suite offert au Musée de la Résistance de Fontaine de Vaucluse.

            Le 5 août 1944, il n'y eut pas de mouvement alors que le 6 août, la situation évolua et Ernest HOFFNUNG retourna à Javon où l'effectif du groupe MOSQUITO était au complet. Là, ils reçoivent l'ordre de repli car les troupes allemandes en présence étaient trop importantes et beaucoup mieux équipées. Par contre, à saint Jean de Sault il y avait des groupes en position sur les rochers (dont les aviateurs de Propiac; cf fiche historique N°10) qui étaient beaucoup mieux équipés avec des mitrailleuses et des fusils mitrailleurs.

Le soir du 6 août, le groupe MOSQUITO se replie par une marche de nuit dans le lit de la Nesque pour remonter sur le village de Monieux et prendre la direction de la Gabelle.

Ernest HOFFNUNG témoigne: "Comment trouver la route dans la nuit? On est allé chercher le garde forestier, on le trouve!, il veut pas se déplacer!, il avait peur!, il a fallu lui mettre le révolver sur la tête à celui-là! et finalement il est venu et il nous a indiqué le chemin pour rejoindre la Gabelle".

            Arrivé enfin à destination, le groupe MOSQUITO reçoit l'ordre de se replier sur Montbrun-les-bains puis Séderon. Avant d'arriver à Montbrun, le groupe MOSQUITO arrête un paysan passant avec sa camionnette. Le véhicule ainsi chargé se remet en marche et à l'endroit où la route est la plus encastrée dans les rochers, des grenades gammon soufflent littéralement le véhicule et son équipage qui viennent s'encastrer dans la paroi rocheuse. C'était une méprise! les aviateurs d'Orange qui avaient rejoint le Maquis avaient pris la camionnette pour un véhicule allemand. Heureusement cet incident ne fit que deux blessés légers dont Ernest HOFFNUNG touché au bras. Le 10 août 1944, le groupe MOSQUITO atteint enfin Séderon où les blessés sont pris en charge. Le petit groupe prend soin de se cantonner en dehors du village et échappe miraculeusement au bombardement par l'aviation allemande.

            A ce moment là, le groupe MOSQUITO se dirige vers Eygalayes où il ne fera que passer. L'effectif avec à sa tête le lieutenant MOSQUITO repart en camionnette dans le Vaucluse. Le 12 août 1944, ils arrivent au Barroux. Cela faisait quelques jours que le groupe d'Ernest HOFFNUNG était au Barroux, le groupe MARIN appartenant au Maquis VASIO devait venir les remplacer.

Ernest HOFFNUNG témoigne: "Le 20 août 1944, on était tous sur la route, tout le monde descendait, nous on était sur le tunnel, on descend, l'autre groupe arrivait, sur la route aussi!, et ceux de la Résistance du Barroux, c'est surélevé le Barroux!, donc ils voyaient bien la route, ils commencent à nous crier attention il y a une patrouille qui arrive!. Alors de suite, tout le monde part en courant pour se mettre en position, et on a pas eu le temps car eux ils étaient en moto; ils sont arrivés avant que nous on puisse se placer, c'est là que BLANC a été tué, que mon ami a été blessé (Robert PULVERMACHER), et que SIMON réussit à les faire prisonnier. On les a emmené à Malaucène, ils ont été fusillés par le groupe MARIN."

Monument du tunnel du Barroux: Robert PULVERMACHER avec la cane, à sa droite Ernest HOFFNUNG

Le 20 août au soir, le groupe MOSQUITO rejoint le col de l'Homme mort, sa mission étant de reprendre position dans Sault. Le 23 août 1944, le groupe d'Ernest HOFFNUNG arrive dans Sault seulement 2 à 3h après le départ des allemands. Le 25 août 1944, le groupe MOSQUITO quitte de Sault pour aller occuper Carpentras. Le 26 août 1944, tout le Maquis Ventoux est présent à Carpentras. Le groupe MOSQUITO était logé rue lotier dans l'ancien collège, puis au collège Victor Hugo.

La bataille des Alpes: IVème compagnie avec tous les anciens du Maquis Ventoux

Après la Libération de Carpentras, Ernest HOFFNUNG a rejoint le bataillon 14-15 qui venait de se former à Avignon dont la mission était maintenant dans les Alpes. Ernest HOFFNUNG faisait parti de la IVème compagnie avec tous les anciens du Maquis Ventoux et notamment avec le Capitaine Jacques LARCHE alias "le loup" qui après la guerre sera sénateur de Seine Saint Denis.

La bataille des Alpes: Ernest HOFFNUNG (IVème compagnie, bataillon 14-15)

La bataille des Alpes: Ernest HOFFNUNG (IVème compagnie, bataillon 14-15)

La bataille des Alpes: Ernest HOFFNUNG (IVème compagnie, bataillon 14-15)

Ernest HOFFNUNG-Croix de Guerre avec étoile de bronze

Tous nos remerciements à Monsieur Max LEON, petit-fils de Monsieur Ernest HOFFNUNG pour le texte du récit et les documents historiques, à la famille de Monsieur Charles André COLLIGNON pour les photographies du bataillon 14-15 et à Madame Odile RIVIERE du Musée de la Résistance Jean GARCIN de Fontaine de Vaucluse pour l'enregistrement audio de l'interview de Monsieur Ernest HOFFNUNG.