A travers des archives personnelles originales retrouvées récemment par notre association des CVR de Vaucluse grâce à un membre de l'association des cadets de la Résistance de Gordes, cette fiche historique est dédiée à Monsieur Charles FUHR dont le parcours, véritable fil conducteur, nous a permis de mieux comprendre ces heures sombres de la capitale du Comtat Venaissin.

Charles FUHR

Monsieur Charles FUHR est né le 22 mai 1920 à Montigny les Metz (Moselle). Il se refugie en 1940 dans le Vaucluse où il exerce la profession de boulanger à Carpentras.

Depuis l’été 1940, le régime de Vichy a considérablement réduit la cérémonie de commémoration de la fête nationale. Le 14 juillet se résume à une simple journée de "deuil et de recueillement" en hommage aux Morts de la guerre, et ne donne lieu qu’à des cérémonies très contrôlées et limitées.

Le contexte de l'année 1942 dans le département de Vaucluse est particulier car depuis le mois novembre, l’occupation par les troupes allemandes de la zone Sud jusqu'alors libre change totalement la donne. Ainsi, le caractère des cérémonies de l'année 1942 va être bien différent de celui des années précédentes. En dépit de la présence des occupants et de la forte répression, la Résistance est maintenant suffisamment organisée pour reprendre à son compte cette journée emblématique de commémoration de la République.

Le 13 juillet 1942, le général de GAULLE et Maurice Schumann parlent aux Français à la BBC en insistant sur la nécessité de défendre la patrie contre l’occupant et les traîtres à leur solde en manifestant massivement le 14 juillet (voir son discours extrait du livre "Discours et messages pendant la guerre 1940-1946", Charles de Gaulle, Paris, 1974).

"Discours et messages pendant la guerre 1940-1946", Charles de Gaulle, Paris, 1974

Les consignes, données par la Résistance et Radio-Londres, pour échapper aux interpellations, étaient "de se promener" dans les grandes avenues jusqu’au moment du rassemblement devant les lieux symboliques ciblés (mairies, monuments aux morts).

Le rapport du Préfet de Vaucluse transmis au secrétariat général de la Police de Vichy indique clairement que des évènements s'organisent dans le Vaucluse pour le 14 juillet 1942:

Extrait du rapport du Préfet de Vaucluse, 1942

Tract du 14 juillet 1942, Vaucluse

Vers 18h30 à Carpentras, des "promeneurs" qui, jusque là évoluaient isolément sous la promenade des Platanes ou sur la place des Quinconces, se rassemblent rapidement aux abords du monument aux Morts.

Parmi eux, se trouvent Charles FUHR, André BLAISE, Fernand BOUGNAS, René DULFOUR, Georges MANBERGER et Lévy NELSON qui sont rejoints par des spectateurs des jeux de boules qui se tiennent dans le voisinage. Les manifestants, au nombre de 200, certains portant des cocardes tricolores, chantent alors la Marseillaise. Les agents chargés du service d'ordre de Carpentras dispersent sans difficulté la foule et procèdent à quelques contrôles d'identité qui s'avèreront lourds de conséquence...

Sur dénonciation, Charles FUHR reçoit le 17 juillet 1942 à son domicile une convocation au commissariat de Police de Carpentras.

Convocation de Charles FUHR, 1942

Une fois sur place, il apprend qu'il est inculpé "...d'avoir sciemment accompli un acte constituant sous une forme individuelle ou collective une manifestation contre le peuple français en son gouvernement...ainsi que le port d'une pochette aux couleurs anglaises portée ostensiblement...". et qu'il doit comparaitre avec ses cinq compagnons (André BLAISE, Fernand BOUGNAS, René DULFOUR, Georges MANBERGER et Lévy NELSON) devant le tribunal correctionnel de Carpentras, l'audience étant fixée le 27 juillet 1942.  

La décision du juge est confirmée par la déposition d'un témoin G....... , André BLAISE est condamné à la peine de 15 jours de prison et à mille francs d'amende, Fernand BOUGNAS et Lévy NELSON à la peine de 4000 francs d'amende; le tribunal tenant compte de la situation de réfugié et de son jeune âge, Charles FUHR est condamné à une amende de mille francs.

Le délit n'ayant pu être établi pour René DULFOUR et Georges MANBERGER, ils sont relaxés mais sont condamnés à rembourser solidairement la somme de 273,30 francs (frais de poste inclus).

Procès de Charles FUHR

Procès de Charles FUHR

Procès de Charles FUHR

Procès de Charles FUHR

Procès de Charles FUHR

Procès de Charles FUHR

Procès de Charles FUHR

Procès de Charles FUHR

Amende de Charles FUHR

Amende de Charles FUHR

Publication de la condamnation de Charles FUHR

Publication de la condamnation de Charles FUHR

A l'appel de la Résistance et de la France Libre, de nombreuses manifestations ont eu lieu dans le Vaucluse comme à Vaison-la-Romaine, Lourmarin et Avignon mais également dans des grandes villes comme Marseille.

Dans la cité phocéenne, les forces de  police, qui ne font pas preuve de zèle, sont facilement débordées par les milliers de manifestants qui déferlent du Vieux-Port en direction de la Canebière et du grand café glacier. Par contre, les partisans de Jacques DORIOT, chef de l'organisation collaborationniste PPF (Parti Populaire Français), n'hésitent pas à tirer sur la foule, faisant plusieurs morts.

Ce même 14 juillet 1942 défile dans les rues de Londres le 1er bataillon de fusiller marin avec à sa tête le commandant KIEFFER.

A partir de cette époque, Charles FUHR va rendre de très grands services à la cause de la Résistance vauclusienne en permettant notamment des émissions radio clandestines dans son appartement de Carpentras situé au 90 rue Vigne. Il a entre autre hébergé de nombreux agents de la Résistance recherchés par les services de la police allemande.

Attestation FFI de Charles FUHR

Deux années plus tard après cette condamnation, Charles FUHR et René DULFOUR sont présents une fois de plus devant le monument aux Morts de la promenade des Platanes à Carpentras.

En ce début septembre 1944, ils sont dans la tribune officielle et portent bien sûr la "pochette aux couleurs anglaises" en plus du brassard de la FFI pour la prise d'armes du Maquis Ventoux en présence de ses chefs, Philippe BEYNE et Maxime FISCHER, et des autorités civiles et militaires.

Prise d'armes du Maquis Ventoux, Carpentras septembre 1944

Prise d'armes du Maquis Ventoux, Carpentras septembre 1944

De gauche à droite: Charles FUHR, René DULFOUR, Gaston CAT, M. GANDIE, M. ARNAUD (Sous-préfet)

In fine, Charles FUHR sera convoqué au tribunal de Carpentras en 1945 pour le procès du "fameux témoin" qui l'avait dénoncé en 1942...

Charles FUHR in Memoriam

Document complémentaire:

Presse Vauclusienne de 1972